EN FRANCAIS

Les marques écoresponsables découvertes à Lisbonne !

montage-3

Au cours de mon (long) week-end à Lisbonne, j’ai eu l’occasion de découvrir des marques écoresponsables : bonne nouvelle pour moi, mauvaise nouvelle pour mon armoire.

Mes objectifs sur ce petit voyage : #1 bien manger (toujours une priorité absolue), #2 se détendre, #3 kiffer, #4 m’acheter des chaussures d’été, étant donné que le Portugal est célèbre pour ça et #5 être dépaysée.
Pour atteindre les points #1, #2 et #3 à Lisbonne, il suffit de se balader : les gens sont sympas, prêts à vous dire ce qui se cache derrière un plat, la nourriture est bonne et pas chère. Il y a des pastel de nata, des pastel de bacalahau (croquettes de morue et de fromage) et toute sorte de feuilletés dans presque toutes les boutiques, des jus de fruits fraichement pressés et de nombreux endroits à visiter.

fullsizerender_22

Pastel de nata

Bien que la ville ait été pleine de touristes français, je me suis quand même sentie dépaysée. Lisbonne est une ville assez pittoresque et ensoleillée (!! Quelque chose de rare ces jours-ci à Paris) et m’a rappelée Istanbul et l’Andalousie (# 5 ). Aussi, Sintra est définitivement un lieu incontournable à voir (porter des baskets est de rigueur) !

fullsizerender_15

Mes lunettes de soleil Proof, mon horloge Click-Clock, mes chaussures Rutz !

Pour répondre au #4, j’ai fait le tour de nombreuses boutiques (boutiques hipsters inclus), et j’ai réussi à trouver ce que je cherchais dans le coin du LX Factory ! Une atmosphère similaire à Williamsburg, New York, (↔ hipster oui) avec plein de bons restaurants et de très belles boutiques ! Là, j’ai trouvé mes chaussures Rutz, en liège, un matériau écologique. Les fondateurs de cette marque portugaise ont voulu combiner les deux principales industries connues et reconnues du Portugal : la chaussure et le liège (le Portugal est le premier producteur mondial de liège). J’ai également trouvé mes lunettes de soleil Proof ! Oui, ce n’était pas sur ma liste initiale… mais elles sont tellement mimis que je n’ai pas pu résister! Proof est une marque américaine qui a été fondée en 2010 par les frères Dame. Les lunettes qu’ils fabriquent sont toutes faites de matériaux écoreponsables. Par exemple, les lunettes de soleil que j’ai achetées sont faites à base d’acétate de coton, de bois écoresponsable et de 5 charnières en cylindres. D’autres marques ont suivi cette tendance comme Kerbholz (2011) et Rezin (2016).
J’étais sur le point de payer mes nouvelles lunettes quand mon regard s’est porté sur un réveil en bois près du caissier ! Click-Clock by Gingko est un réveil en bois de noyer avec affichage numérique de l’heure, de la date et de la température. L’affichage s’éteint après 20 secondes et s’allume si vous tapez vos mains ou appuyez dessus. Et oui, je l’ai pris 🙂

montage-1b

Quelques photos prises durant mon séjour à Lisbonne 🙂

MONTRER L’EXEMPLE AUX PLUS JEUNES

Une meilleure consommation, manger bio, les valeurs éthiques se répandent de plus en plus à travers des films (comme le dernière Disney, Vaiana) et des publicités pour enseigner aux jeunes comment mieux consommer. Les récentes campagnes Carrefour répondent aux questions des enfants sur la consommation en sensibilisant les gens aux problèmes de développement durable : «pourquoi on ne doit pas donner d’antibiotiques au poulet?», «Pourquoi on ne doit pas donner des OGM aux animaux?», «Pourquoi les produits locaux sont meilleurs? » .


La Qualité Alimentaire, ça change quoi ? Carrefour, meilleur chaque jour (pub TV 2017)

Les livres sont également un bon moyen de transmettre des messages et des valeurs. Be the Change Books est une série de livres pour enfants sur les questions environnementales, chacune avec une histoire drôle et des indications claires sur ce que nous pouvons tous faire, ou ici l’histoire de Petite Plume sur la solidarité. Autres moyens: les jouets ! Sonia Singh, une artiste de Tasmanie change les poupées Bratz abandonnées en les réparant et en leur donnant un «nouveau style terre-à-terre», à tel point que les enfants préfèrent jouer avec les poupées Tree Change Dolls plutôt que les originales. Wendy Tsao est allé plus loin en changeant les poupées en héroïnes comme Jane Goodall, Malala Yousafzai, J.K. Rowling, Roberta Bondar ou Waris Dirie.


Tree Change Dolls I The Feed

QU’EN EST-IL DE LA CONSOMMATION ?

Des labels ou des certifications telles que B-Corp ou Fair Wear Foundation peuvent augmenter autant que les «consommateurs astucieux» augmentent. Fair Wear Foundation est un organisme indépendant à but non lucratif qui «travaille avec les marques et les influenceurs de l’industrie pour améliorer les conditions de travail où vos vêtements sont fabriqués», à travers la vérification et le suivi des améliorations apportées. Cependant, la meilleure solution semble acheter plus intelligemment, en achetant moins, en achetant des articles durables et/ou recyclés …

Le nouveau centre commercial
Selon Global Footprint Network, en 2013, notre planète avait suffisamment de ressources pour que chacun de nous consomme 1,72 “hectares globaux” (global hectares, gha) par an – une unité standardisée qui mesure l’utilisation des ressources et les déchets. 1,39 correspond à peu près à ce que la personne moyenne en Afrique consomme. En revanche, dans d’autres régions de la planète, les gens consomment environ 2,31 gha par personne en Asie, 4,32 gha par personne en Europe, 8,6 gha par personne en Amérique du Nord, plusieurs fois leur part dédiée. Le moment de changer vous pensez? En Suède, le premier centre commercial ReTuna Återbruksgalleria vendant des produits, des objets, des meubles et des vêtements recyclés ou upcyclés a ouvert en 2015 grâce à un partenariat avec la municipalité. Un grand compromis entre faire des affaires et un meilleur consumérisme. Nous pouvons peut-être y trouver des sacs Ikea recyclés !

retuna1

Source: Progrss

ikeabag

Source: Independent

Montrer l’exemple aux plus jeunes ?

L’ETHIQUE, LE MUST-HAVE INCONTOURNABLE ?

4 ans ont passé depuis l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh ! Quels sont les effets sur notre façon de consommer le fast-fashion ?

Habillé(e) tendance = Bien habillé(e) ?
Créé après la catastrophe, le mouvement Fashion Revolution a fait de nombreuses opérations pour sensibiliser les gens aux conséquences de l’industrie de la fast-fashion. Changer notre façon de consommer la mode est un réel challenge : le shopping est devenu plus simple et plus rapide avec les achats en ligne, l’augmentation du nombre de YouTubers vous disant ce que sont les “must-have” des vêtements, des sacs, du maquillage vous amène à étendre votre liste de courses, les collections augmentent continuellement (plus de 20 par an pour Zara et jusqu’à 16 pour H & M selon The Economist) et l’envie d’avoir des messages / images / vidéos aimés devient toujours trop forte.

Le développement durable, un “driver” de la mode
Dans The state of fashion, le premier rapport conjoint de McKinsey et Business of Fashion, nous apprenons que “2016 peut être résumée en trois mots: incertain, changeant et difficile” par les professionnels de la mode à travers le monde. Parmi les tendances de l’industrie de la mode de 2016, le rapport souligne que «[…] Les consommateurs et les marques ont privilégié la mode durable, qui transforme la conception et la fabrication des produits», «plus de 65% des consommateurs des marchés émergents [qui] recherchent activement une mode durable contre 32% ou moins sur les marchés matures “. À quoi s’attendre pour 2017? Selon le rapport, “l’acheteur le plus astucieux se caractérisera par 6 qualités principales: mieux informé, toujours “on”, plus exigeant, plus conscient, plus volatil, connecté aux autres.”

the_state_of_fashion_2017_cover

Source: The State of Fashion 2017 – page 70

Conscient de cette tendance, de nombreuses nouvelles marques éthiques se sont répandues sur le marché. Outre les marques que je cite habituellement (TOMS, Veja, Faguo, Ekyog, Hamilton Perkins, WWoW etc.), il y a aussi Reformation (2009), Matt & Nat (1995), Birdsong (2014), Le Bijou Parisien (2015), et les boutiques en ligne telles que Rêve En Vert et Gather & See, qui rassemblent toutes les marques éthiques en un seul endroit.

birdsong

Source: Birdsong

Qu’en est-il de la consommation?

RESOLUTIONS DISRUPTIVES

Comme d’habitude, notre motivation pour accomplir nos “nouvelles” résolutions dure seulement le temps de les écrire sur une liste. Une fois l’esprit tranquille, les vieilles habitudes reviennent et les choses que nous voulions changer sont de nouveau reportées à l’année prochaine. Pourquoi ne pas faire quelque chose de différent pour 2017 ? Comme une liste de résolutions disruptives ?

Disruption, LE mot à la mode qui est utilisé et appliqué à tant de choses. C’est le nouveau basique du vocabulaire business. Oubliez les termes “innovateur”, “révolutionnaire”, “3.0” laissez place au “disruptif”. Bien sûr, au-delà d’être un mot business à la mode, la disruption est un concept utilisé pour décrire comment le marché fonctionne depuis la généralisation des modèles business s’appuyant sur les technologies digitales. Toutefois, bien qu’il ait été largement utilisé ces dernières années, la marque “Disruption” a été créée et est détenue par TBWA* depuis 1992. Ayant assisté à la conférence de Jean-Marie Dru au festival de créativité Crystal Apple en 2014, l’actuel Président de TBWA Agency Network a expliqué que la disruption est une méthodologie dynamique tournée vers la création, l’idée de questionner les conventions du marché pour sortir des produits et services radicalement innovants. Début 2016 dans le Nouvel Obs, Jean-Marie Dru a déclaré que “l’innovation disruptive est une innovation de rupture, par opposition à l’innovation incrémentale, qui se contente d’optimiser l’existant.”

Une fois ceci dit, essayons de disrupter les traditionnelles résolutions.

Faire plus/un peu de sport. Un classique, surtout après les vacances de fin d’année, qui résonnent habituellement avec “repas assez riches”. La projection des vacances d’été est également un facteur clé, surtout lorsque vous avez le défilé de Victoria’s Secret au réveillon du Nouvel An, vous rappelant certaines différences physiques entre les Angels et les non-Angels. Nous savons et parfois oublions que pour ressembler aux modèles des magazines, il s’agit d’un emploi à temps plein. Mais le sport est une activité bonne pour la santé, se détendre, et tester ses propres capacités, non ? En France à partir de janvier 2017, la mention “photo retouchée” sera obligatoire pour les photos modifiées par des logiciels tels que Photoshop. Bonne nouvelle ! Certaines marques de mode telles que Debenhams (2013) ou Aerie (2014), utilisent déjà des photos non retouchées pour marketer leurs produits. Qui sera le prochain ?

Manger mieux et sainement. Quel défi ! Bien que les aliments biologiques sont de plus en plus vendus sur les étagères des supermarchés, il est encore difficile de comprendre ce qui est sain et bon pour la santé. Après tout, des chips restent des chips même biologiques. A moins que l’on soit capable de lire et de comprendre dans le détails la liste des ingrédients et de calculer ses besoins quotidiens en calories pour estimer les effets sur notre corps, il est assez difficile de deviner si le produit entre nos mains est sain ou non. En France, le label d’information nutritionnelle facile à lire devrait voir le jour : Nutri-Score, un classement en couleur créé par Serge Hercberg, allant de E (rouge, moins bonne qualité nutritionnelle) à A (vert, meilleure qualité nutritionnelle). Le classement est défini en fonction de la composition alimentaire elle-même.

nutri-score

Source: Le Monde – Exemple d’échelle de qualité nutritionnelle du PNNS (programme national nutrition santé)

Ce serait encore mieux si l’on considérait également les critères de développement durable et l’impact de l’approvisionnement. Mais espérons seulement que les derniers de la classe seront motivés à atteindre un rang plus élevé, comme cela a été le cas pour le niveau d’hygiène des restaurants lorsque ces informations sont devenues publiques en juillet 2016 en France. L’afficher à la fenêtre du restaurant est obligatoire dans des villes comme NYC mais pas encore à Paris …

Recycle. Avez-vous déjà remarqué qu’à votre bureau il n’y avait pas de poubelles de tri ? Quand il y en a, avez-vous déjà remarqué que les responsables du nettoyage vident les poubelles dans … une poubelle unique ? Peu importe, au niveau individuel, le recyclage est toujours possible, quand bien sûr, votre municipalité met à votre disposition les conteneurs appropriés. Recycler est une chose, mais la réduction de nos ordures est le véritable défi, puisque chaque année, nous jetons 2,12 milliards de tonnes de déchets selon The World Counts. Melinda Warson, fondatrice de la Fondation Raw, affirme dans The Guardian que 72% de notre consommation de plastique se termine soit à la décharge (40%) soit par une fuite du système de collecte (32%). Ayant récemment voyagé à New York, j’ai été assez surprise de voir le nombre de vendeurs proposant des sacs en plastique gratuitement**! Chez Whole Foods Market, vous pouvez choisir entre des sacs en papier et des sacs en plastique, mais tout de même, vous pouvez cumuler de nombreux sacs ! Deux jeunes filles ont initié le changement avec Bye Bye Plastic Bags. Elles ont convaincu le gouverneur de Bali d’interdire les sacs en plastique d’ici 2018. Notre vie moderne nous a conduit à devenir paresseux dans notre façon de consommer surtout quand vous voyez des oranges épluchées mises en boîte… Pour le changement de masse, la réglementation peut aider, mais dans notre société disruptive, il semblerait que les Kardashians sont plus efficaces pour attirer l’attention ailleurs.

oranges_box

Source: Independent

Avoir un boulot sympa. L’atmosphère Google ou des start-ups vous fait envie ? Ou vous souhaitez avoir un emploi original comme traducteur Emoji ? Peut-être est-il temps de vous poser les bonnes questions. Décoration, divertissement, de plus en plus d’entreprises ont augmenté leurs efforts dans la création d’un espace de bonheur pour leurs employés. La création de postes tels que Chief Happiness Officer commence à être publié sur les plateformes de recherche d’emplois et le recours aux services de «funsultants» (fun + consultants) augmente. Cependant, comme l’a souligné Andre Spicer, co-auteur de The Wellness Syndrome, dans The Guardian, “le culte du bonheur obligatoire ruine nos lieux de travail”. Quel serait un boulot sympa ? Pour les Millennials, travailler au sein d’une organisation éthique est la clé. Aujourd’hui, la simple description d’un poste n’est plus suffisante ; les tâches et les responsabilités sont toujours importantes, mais toute l’organisation est prise en compte pour définir un poste sympa.

Liste des résolutions. Terminé. Appliquer les résolutions. En cours.

La Disruption est un concept des années 90 mais largement utilisé dans les années 2010. Les emojis sont également utilisés au Japon depuis les années 90, mais largement répandus depuis l’arrivé des smartphones. Devons-nous attendre les années 2020 pour nous assurer d’une plus grande part de développement durable au sein des organisations et de nos habitudes ?


*créé par l’agence BDDP avant le rachat par Omnicom en 1998, et fusionnée avec TBWA.

**En France depuis Juillet 2016 les sacs plastiques ne peuvent plus être distribués gratuitement en caisse des marchés, supermarchés etc. Le principal objectif est de réduire les impacts environnementaux causés par les sacs plastiques, encourager les gens à être plus responsables et les sensibiliser davantage.