Oceans

RETOUR A LA SOURCE !

Dans un futur proche, des archéologues vont peut-être mener des fouilles et trouver des bouteilles de shampoing, des bouteilles en plastique ou des emballages plastiques qu’ils qualifieront de représentatifs de l’Anthropocène. Anthropocène ?! Le terme Anthropocène est utilisé pour qualifier une époque géologique proposée, dans laquelle l’activité humaine est considérée comme ayant des répercussions importantes sur la géologie et les écosystèmes de la Terre. Fin avril 2016 n’est pas seulement marqué par la Journée de la Terre (22 Avril), ni par la Semaine Internationale du Recyclage (18 au 24 avril). En effet, un groupe de scientifiques va débattre et décider d’accepter ou non l’Anthropocène. Certains parlent même de Plasticène. Avec une production annuelle mondiale de 100m de tonnes et la difficulté du matériau à se dégrader conduit notre futur nous à considérer le plastique comme une des caractéristiques majeures de notre couche géologique. Cela signifie aussi qu’au lieu d’utiliser les moustiques conservés dans de l’ambre, John Hammond next generation pourrait utiliser une matière plastique pour recréer des habitants de l’époque Anthropocène … moins attrayant pour un scénario de blockbuster n’est-ce pas ?

Le plastique a pris une telle place dans notre vie de consommateur et sur notre planète, qu’il est difficile d’imaginer notre quotidien sans lui. Arrêtez de lire pendant 5 secondes, et comptez les choses qui vous entourent et qui sont en plastique. J’imagine qu’il y en a beaucoup trop pour être compté sur vos doigts… Quand il est recyclé, le plastique peut être réutilisé pour produire d’autres choses, quand il ne l’est pas … il peut finir dans l’estomac de cachalots

Pas aussi sombre qu’il n’y paraît …
Les préoccupations environnementales, sociales et économiques font partie des critères importants dans le choix des consommateurs. Partant de cette observation, les initiatives liées au développement durable ont augmentées dans certains pays et certaines organisations avec des points d’attention portés sur leurs politiques d’achats ; de l’approvisionnement au recyclage.
Une étude récente faite par Kurt Salmon et + Avocats a montré que 54% des acheteurs interrogés (principalement des grands groupes français) considèrent leur organisation non apte à gérer correctement les risques sociaux, environnementaux et sociétaux. Cette prise de conscience pourrait expliquer le fait que l’achat responsable soit devenu une priorité pour certains d’entre eux.
Depuis 2010, le think tank Observatoire des Achats Responsables (OBSAR) publie chaque année son baromètre lié aux achats responsables en France. Parmi les 351 acheteurs sondés en 2016 (105 issus d’organismes publics et 239 d’entreprises privées), 42% considèrent l’achat responsable comme une priorité. 85% des répondants ont une politique d’achat responsable en place ; parmi lesquels 32% ont cette politique en place depuis plus de 5 ans (43% du secteur public, 20% du secteur privé). Dans cette étude, nous apprenons que les principaux objectifs des opérations d’achat par rapport aux enjeux environnementaux sont : la réduction de la consommation (y compris la consommation d’énergie) (55%), le recyclage (21%), la revue des process par rapport à leurs impacts sur les matières premières et le choix des produits (17%) et la réutilisation et la réparation (seconde vie) (7%).

Plastique recyclé
En parlant d’objectifs, voici quelques exemples. En 2014, mon article Change through social construct? faisait l’éloge de la campagne G-Star Raw – RAW for the Oceans, lauréat du Grand Prix Produit Design aux Cannes Lions de 2014. En effet, avec sa collection RAW for the Oceans, la célèbre marque de jeans vise à contribuer au nettoyage des océans des débris de plastique, grâce à un processus utilisant du fil Bionic, transformant ainsi les déchets en plastique récupérés de la mer en une nouvelle génération de vêtements en denim. Sur le site de G-Star, on apprend que “la première collection cont[enait] 10 tonnes de bouteilles en plastique PET recyclé collectées des rives, ce qui se traduit par environ 700.000 bouteilles.” Alors soyons happy, surtout quand on sait que Pharrell Williams est Directeur de Création de fil Bionic ! Toujours dans la catégorie prêt-à-porter, voici une marque que j’ai découverte par hasard en me baladant en Espagne : TWOTHIRDS. Cette marque moins mainstream utilise également des matériaux de polyester recyclés tels que des bouteilles d’eau, de sorte que le vêtement qu’ils créent est entièrement ou partiellement recyclable. D’autres exemples de marques qui accordent une grande importance à l’approvisionnement et au traitement des matériaux : Patagonia, Zady, Po-Zu, Veja… Ces exemples montrent que des leviers existent : la gestion de l’approvisionnement (ou sourcing), de l’achat et du recyclage.

Sites brands

Source: Impressions écrans prises des sites de PATAGONIA , PO-ZU, VEJA et ZADY

Sourcing : un facteur clé de la stratégie d’achat responsable
Compte tenu de la façon dont nous consommons, supprimer le plastique de notre quotidien est plus qu’un défi difficile à relever. Par ailleurs, au-delà de simples considérations environnementales, les aspects socio-économiques sont également des facteurs clés sous-jacents. Ces aspects ont été bien compris par Everlane. Les consommateurs se soucient de ce qu’ils consomment : «D’où cela provient-il ? Comment est-ce fabriqué ? De quoi est-ce fait ?… »
Le sourcing est également devenu une préoccupation majeure pour les organisations ; une des raisons pour lesquelles elles communiquent de plus en plus sur leur stratégie d’approvisionnement.

Sites Innocent Sony Lego

Source: Impressions écrans prises des sites des marques INNOCENT , LEGO et SONY

Espérons que la tendance vers des achats responsables va continuer à progresser, voire se normaliser ; et que ce que l’artiste et scientifique Bonnie Monteleone avait imaginé comme une mise à jour de ce qui aurait pu être la Grande vague du célèbre Hokusai (19ème siècle), ne se réalisera pas !

HokusaiVS

Source: La Grande Vague d’Hokusai l’original (gauche), et la version de Bonnie Monteleone (droite)

SOURCING, BUYING, AND RECYCLING

surfrider shell

Source: “The Shell”, Y&R Paris for the Surfrider Foundation – ADFORUM

In a near future, archeologists may dig some elements from the ground and qualify some shampoo bottles, plastic bottles or plastic wrappings they find as representative of the Anthropocene. Anthropocene?! Anthropocene is a term to qualify a proposed geological epoch in which human activity is considered to have significant impact on Earth’s geology and ecosystems.  End April 2016 is not only marked by the Earth Day (April 22) and the World Recycle Week (April 18 to 24). Indeed a group of scientists will debate and decide to accept or not the Anthropocene. Some even talk about Plasticene. With 100m tons of plastic produced globally each year and its difficulty to degrade lead our future us to consider this material as one of the characteristic of our strata. This also means that instead of using mosquitoes preserved in amber, John Hammond next generation might use plastic material to bioengineer inhabitants of the Anthropocene’s era… less enticing for a blockbuster movie isn’t it?

Plastic has taken such a place in our consumer life and on Earth that it is difficult to imagine our daily lives without it. Stop reading for 5 seconds, and now count the things surrounding you that are in plastic. I guess too many to be counted on your fingers… when it is recycled, plastic can be reused to produce other things, when it is not… it can end in the stomach of cachalots

Not as gloomy as it seems…
Environmental, social and economic concerns have become important criteria in consumers’ choice. With such awareness, sustainability initiatives have increase within some countries and some organizations with attention on their procurement policies; from sourcing to recycling.
A recent survey made by Kurt Salmon and +Avocats showed that 54% of surveyed buyers (mainly French major groups) consider their organization as not capable of managing properly social, environmental and societal risks. Aware of it, this is maybe the reason why sustainable procurement has become a priority for some of them.
Since 2010, the think tank Observatoire des Achats Responsables (ObsAR) is conducting a survey related to sustainable procurement in France. Among the 351surveyed buyers in 2016 (105 from public organizations and 239 from private companies), 42% consider sustainable procurement as a priority. 85% of the respondents had a sustainable procurement policy in place; among which 32% had this policy in place for more than 5 years (43% Public sector; 20% Private sector).  In this study, we learn that the main objectives in purchasing operations toward environment are: Reduce consumption (including energy consumption) (55%), Recycling (21%), Business process reengineering related to impacts on raw materials and products choice (17%), Reuse and repair (second life) (7%).

Second-hand plastic
Speaking of objectives here are some examples. In 2014, my article Change through social construct? praised the G-Star Raw – RAW for the oceans campaign, winner of the Grand Prix Product Design at the 2014 Cannes Lions. Indeed, with its RAW for the Oceans collection, the famous jeans brand aims to contribute to cleaning the oceans of plastic debris, through a process using Bionic yarn, turning plastic waste reclaimed from the sea into a new generation of denim clothes. From G-Star’s site, we learn that “the first collection contain[ed] 10 tons of recycled PET plastic bottles collected from the shorelines, which translates into roughly 700.000 bottles.” So let’s be happy, especially when you know that Pharrell Williams is Creative Director of Bionic yarn! Staying in the clothing category, here is a brand I discovered by chance while hanging around in Spain: TWOTHIRDS. This less “mainstream” brand is also using recycled polyester materials such as water bottles, so that the garment they create is entirely or partly recyclable. Other brands examples that give great importance to material sourcing and processing: Patagonia, Zady,  Po-Zu, Veja… These examples show that leverages exist: managing sourcing, buying and recycling.

Sourcing: a sustainable key of procurement strategy
Considering the way we are consuming, removing plastic from our daily life is more than a difficult challenge to tackle. Besides, beyond simple environmental considerations, socio-economic aspects are also underlying key factors. Such aspects have been well understood by Everlane. Consumers care about what they consume: “Where does it come from? How is it made? What is it made of?…”
Sourcing has also become a key concern for organizations. Therefore, they communicate more and more on their sourcing strategy.

Sites Innocent Sony Lego

Source: Screenshots taken from INNOCENT’s site , LEGO’s site and SONY’s site

Hopefully, the trend toward sustainable procurement will continue to rise, and what the artist and scientist Bonnie Monteleone had imagined as an updated view of what could have been the famous Hokusai’s Great wave print (19th century), won’t happen!

HokusaiVS

Source: Hokusai’s Great Wave original (left) and the one by Bonnie Monteleone (droite)